bottes ugg

Ecole de préservation des savoir traditionnels

Le peuple Kuntanawa vivait en harmonie avec la nature, jusqu’à l’arrivée des premiers travailleurs forestiers au début du siècle. De nombreux indiens furent alors  capturés et asservis à l’extraction de caoutchouc et Les tribus indiennes de l’Acre, refusant de se plier à ce joug furent ainsi pratiquement décimées en quelques décennies.

Les ancêtres des Kuntanawas combattirent courageusement contre ce génocide qui fit disparaître la majorité de leurs tribus. Néanmoins, respectant la philosophie de ces peuples, la majorité des indiens refusèrent de se battre contre les travailleurs forestiers, trop respectueux de la vie humaine pour se donner le droit de la prendre, se contentant d’adopter une stratégie de protection de leur propre vies. Dans cette lutte pour la survie de leur peuple, seuls quelques individus survécurent, cachés dans la forêt.

Ceux qui furent asservis avaient quant à eux interdiction de parler leur langue, de pratiquer leurs coutumes, leurs croyances et leurs traditions.

Ce véritable massacre, associé à l’asservissement de la majorité des populations restées en vie conduisit à une situation ou les peuples indiens n’avaient aucune existence légale puisque le gouvernement considérait qu’ils avaient étés entièrement exterminés.

Des perspectives de renaissance

Aujourd’hui, les tribus indiennes souhaitent de nouveau se réunir et retrouver leur identité, en tant que peuples pacifiques, dont les connaissances et la sagesse doivent être protégés.

La population du peuple Kuntanawa est actuellement d’environ 370 personnes, dont beaucoup sont dispersés à travers les villes, vivant encore bien souvent dans des conditions inhumaines.

Une étape essentielle dans l’atteinte de cet objectif est la construction d’une école traditionnelle pour les enfants, les jeunes et les adolescents désireux de renouer avec leur culture.

 

Quelques membres du peuple Kuntanawa, lors d’un festival traditionnel visant à renouer avec leur culture :